Après toutes nos pertes Si un jour on partait. Sur une île du ciel Seulement toi et moi Tout au bord des nuages Des fleurs au bout des doigts J’écrirais des chansons Qui parleraient de toi Mais cette île du ciel Elle est peut-être là Dans le creux de...

Lire la suite

La dernière danse Un jour, je la ferai Un dernier tour de piste Enfumé de silence [...] Etouffé par l’oubli Bouffé par mes envies De revanche je danserai La dernière danse Un jour je la ferai En refermant le livre Petit cercueil des mots Que je n’aurais...

Lire la suite

En quelques semaines, une femme va regarder comme un monstre, un homme qu'elle a aimé passionnément. De victime, l'héroïne devient persécutrice pour essayer de se recontruire. Le rapport dominant/dominé poussé dans ses ultimes retranchements De pages...

Lire la suite

Les seins de Lucie Sont des étoiles De petites voiles Qui bruissent bien haut Les seins de Lucie Sont des égéries Pointés comme des « i » Ils aiguisent mes mots Les seins de Lucie Sont des envies Qui ne ploieront pas, Sous la lie de la vie D’un simple...

Lire la suite

En 2011, après avoir découvert ce poème, le compositeur Jean-Yves Paris m'en proposa une adaptation musicale. Il me fit parvenir deux maquettes où il faisait office d'interprète. La première contenant une version "Texte" et la seconde une version "Club"...

Lire la suite

Dans le fond de ma cage vivent des douleurs Des cris d'un autre âge, d’autres nuits, d’autres vies Pactes avec le diable, depuis longtemps signés Qui même déchirés m’ont encore poursuivi Bouts de papier maudits, requiem envolés Cercueils de mes amours,...

Lire la suite

De retour à Venise j'ai voulu à nouveau effleurer les boiseries traverser les ponts flâner sur San Marco vide au petit matin Et je cherchais tes yeux et je cherchais tes mains les pigeons s'envolaient de la basilique vide au petit matin De retour à Venise...

Lire la suite

Là, au pied des Sanguinaires îlots de porphyres rouge sombre où finit la terre des hommes j'ai senti glisser ton ombre dans le creux de ma main Sur l'éclat irisant les eaux pourpres j'ai revu ces matins rouges belle, de l'écume des nuits tu laissais danser...

Lire la suite

C’était une femme, Marie. Jamais en robe, jupe ou tailleur. Toujours en pantalons. Comme pour écraser un peu sa féminité qui débordait de partout. Qui lui faisait peur. Presque mal. Elle était née et vivait en Corse, mais du sang de Calabre coulait dans...

Lire la suite
1 2 3 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog